Aller au contenu


Je Suis Trop Gros


5 replies to this topic

#1 grosminet

    Nouveau Membre

  • Membres
  • Pip
  • 1 Messages :

Posté 23 juillet 2008 - 03:41

Bonjour,

Voilà mon problème qui me suit depuis bien des années maintenant : je me trouve trop gros et je souffre énormément psychologiquement à cause de ce surpoids.

J'ai 42 ans et depuis l'âge de 15 ans je suis en surpoids, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé au niveau de l'adolescence, mais 'est à ce moment là que j'ai commencer à grossir sans raison particulière, et sans un changement d'alimentation radicale.

Depuis presque 30 ans, j'ai du essayer tous les régimes possibles et imaginables, mais sans jamais de grands résultats, sauf quelques petits kilos en moins...

Avec l'âge et surement un peu plus de maturité, je me rends compte que il y a quelque chose en moi qui m'impose ce surpoids, comme quelque chose d'inconscient que je ne contrôle pas...

mais je n'arrive pas à comprendre ni à ressentir la moindre chose..

#2 farfadette

    Membre Régulier

  • Membres
  • PipPip
  • 10 Messages :

Posté 07 septembre 2008 - 03:23

humm...t'es peut-être fait comme ça? Si t'as engraissé pendant ton adolescence, c'est que ton corps se formait et probablement qu'il t'a voulu ainsi. Faut pas trop se fier au poids santé et ce genre de truc puisque c'est différent pour tout le monde. Sinon, je ne sais pas trop quoi te conseiller. T'es allé voir un medecin?

#3 sofia

    Nouveau Membre

  • Membres
  • Pip
  • 2 Messages :

Posté 16 octobre 2008 - 12:37

bonjour,

as tu essayé de consulter un psychologue ou un psychanaliste qui pourrait t'aider à découvrir la source surement inconsciente de ton problème de surpoids..

le fait que tu mettes déja le doigt sur le fait que quelque chose te pèse et provoque ce surpoids fait que je pense que tu es pret a comprendre d'ou te vient ce probleme qui te pèse chaque jour !

#4 kelou46

    Nouveau Membre

  • Membres
  • Pip
  • 9 Messages :

Posté 01 février 2009 - 20:31

le poids est une sorte de protection. l'être met de la distance entre l'extérieur et l'intérieur: le moi profond.

passage pris sur le net au forum de gérard athias! la lecture peut être intéressante afin de se faire un avis sur le sujet!
donc bonne lecture!



SENS ET SYMBOLIQUE DE NOS RONDEURS
ET DE NOS FORMES.

La graisse vient protéger et renforcer une zone spécifique en danger. Quelle est la partie de vous qui est en danger ? Regardez vous, votre corps la protège en la couvrant de graisse.

Vous n’avez pas le corps que vous souhaitez, mais vous avez le corps dont vous avez besoin. Essayez de comprendre votre besoin et votre corps n’aura peut-être plus besoin de le porter dans ses formes.

POURQUOI Y A-T-IL DES GROS ET DES MAIGRES ?

Dans la vie, quand vous souhaitez faire ou obtenir quelque chose, vous vous mobilisez. Si vous réussissez : c’est bien, vous êtes content. C’est l’activation.

En cas d’échec, vous avez deux options : fuir ou vous protéger. Nous pouvons utiliser ces deux méthodes de façon équilibrée : soit l’une, soit l’autre, selon les cas ou préférentiellement toujours la même.
Ceux qui ont tendance à fuir seront plutôt maigres.
Ceux qui se protègent auront tendance à être gros.
Nous envisagerons surtout ici les “ rondeurs “.

A QUOI SERT LE GRAS ?

STOCKER ET PROTÉGER.
La graisse sert à protéger du froid et à accumuler des réserves de calories. Les peuples vivant dans les pays froids comme les Inuits accumulaient de la graisse pour se protéger du froid. De plus, ils stockaient en été des calories qu’ils pouvaient utiliser en hiver. Obèses en automne, ils étaient minces à la fin de l’hiver. Les animaux utilisent la même méthode.
La graisse stocke aussi en plus d’une réserve de calories, une forme de potentiel de nous-mêmes qui n’a pas encore pu s’accomplir.
Enfin, dans le même esprit, elle stocke les hormones. “ Hormao “ veut dire j’anime, je mets en forme. Elle stocke un potentiel et le moyen de sa réalisation.

Enfin, au niveau interne, la graisse est en partie à la base des systèmes de défense et une matière première de fabrication des anticorps.

En résumé, la graisse protège les zones faibles, stocke des réserves et des énergies potentielles et se prépare à contribuer à leur réalisation.
Encore un peu et vous allez aimer votre graisse.

ENTRE CHARME ET ILLUSIONS.
La graisse sert à séduire. “ Lipos “ c’est la séduction. Dans la séduction ce qui est montré c’est ce qui est sensé attirer l’autre.
Chez la femme, c’est la fertilité. Une femme qui a des rondeurs dit à l’homme “ regarde ma capacité reproductrice et maternelle “. Dans la séduction, il y a une part de vérité et une part de leurre.
Chez les hommes, c’est plutôt la masse musculaire qui est repérée comme capacité à protéger et acquérir de la nourriture et du territoire. De nos jours, c’est la capacité à gagner de l’argent.

Dans chaque séduction, il y a du vrai et du faux. Mais le corps, lui, a tendance à ne montrer que la vérité. Comme dirait Jean-Jacques Goldman, “ on ne ment qu’avec des mots, mieux vaut, de loin, se fier aux apparences “.

La véritable illusion se fait à notre niveau. Entre nous et nous. Je mets du gras là où je me sens faible, là où la vie me fait peur, pour ne pas voir ou ne pas ressentir ce qui m’insécurise. Quand je mets du gras, d’un côté, je me protège et de l’autre, je m’illusionne. C’est un peu comme des enfants punis qui se mettent des coussins dans la culotte pour ne pas ressentir la fessée. Dans tous les cas, cela me permet d’affronter une réalité que je ne pourrais vivre telle quelle.

LES LOCALISATIONS.
La graisse est répartie sur certaines zones en fonction de ce que l’on a besoin de protéger.
Quelle est la partie de moi que je cherche à protéger ? , quelle est la partie de moi-même qui est en difficulté ? C’est là que je mettrai la graisse.

Dans la partie basse du corps nous aborderons :
- la taille qui représente la capacité d’engagement et de décision face au monde en accord avec soi.
- les hanches qui représentent le mariage, la famille et la maternité.
- les cuisses qui représentent la sécurité.

LA TAILLE EST L’ELEMENT CENTRAL : C’EST LE PRINCIPE DU CENTRAGE. MA POSITION PAR RAPPORT AU MONDE.
Ce point est plus visible pour les femmes que pour les hommes, car la taille féminine est naturellement marquée, mais le principe est le même.
Chez l’homme il n’y a pas rétrécissement au niveau de la taille, mais un maintien de la même largeur que celle des hanches.

La taille, c’est l’idée de la position au monde et à soi-même. Comment suis je par rapport au monde et par rapport à moi ?
Quand la taille est bien marquée, “ j’ai une idée précise de ma position, de ce que je veux faire et de ce que je suis “. Mes actes sont centrés et en accord avec moi-même, mes objectifs et l’objectivité des faits. Je suis en contact avec la réalité.

Le taille est gérée en acupuncture par le Dai Mai, “ vaisseau ceinture “. Ce méridien qui fait partie des “ Merveilleux vaisseaux “ est issu des méridiens du rein et de la vésicule biliaire.
Le rein, c’est l’identité profonde ou énergie ancestrale des Chinois : “qui je suis”. Le “va vers toi” de Dieu à Abraham . “Tu ceindras tes reins, tu mettras ta ceinture et tu prendras ton baton”. La ceinture, en resserrant la taille, aide à concentrer l’énergie et renforcer le choix.
“Va vers vers toi” veut dire : tu vas vers le monde, mais dans le monde c’est surtout toi que tu vas découvrir au travers de toutes tes découvertes.

La vésicule biliaire, c’est le maître intérieur, la connaissance de “qui je suis” et la façon dont je fais mes choix selon qui je suis. C’est le tonus du méridien vésicule biliaire qui fait la taille. Les Chinois appelaient les gens très décidés, des “ grandes vésicules biliaires “.

Résumons nous: “je prends une décision”: la Vésicule biliaire, sur la base de “qui je suis”: le Rein.
La taille, c’est la capacité à développer des objectifs personnels et à les mettre en acte.

UNE ABSENCE DE TAILLE LE SIGNIFIE QUE JE NE SUIS PAS CENTRÉ SUR MOI-MEME ET SUR MES OBJECTIFS PROPRES.
Il existe une situation où l’absence de taille chez une femme est physiologique: c’est bien sûr pendant la grossesse, car à ce moment-là la femme ne s’appartient plus complètement et participe dans une soumission naturelle et essentielle, à la création de la vie qui l’habite. Elle est davantage au service de la grossesse que de ses propres objectifs immédiats. Cet état se poursuit pendant toute la période de l’allaitement. La mère est alors dans “ sa préoccupation maternelle primaire “, tournée vers le service de cet enfant vulnérable. Ses dons sont au service de l’autre.

Puis à la fin de l’allaitement, la femme retrouve ses règles et sa taille. Elle peut alors se retourner vers de nouveaux objectifs individuels, de nouveaux désirs, de nouvelles décisions.

L’absence de taille renvoie à une existence qui n’est pas centrée sur ses propres objectifs de vie. Une difficulté à prendre ses décisions et à les prendre en fonction de soi.

L’absence simple de taille (sans gros ventre) montre une situation de difficulté à définir ses objectifs personnels.
Une petite fille n’a pas de taille : Elle peut rêver sa vie mais ne peut pas encore la mettre en acte. Il y a là une forme de manque de maturité. La taille apparaîtra progressivement avant et pendant la puberté.

L’absence de taille peut aussi être due à la présence de graisse. Certaines personne ont une taille qui est masquée par de la graisse.

Cette graisse peut être externe ou interne. Pour le savoir, contractez vos muscles et voyez si le volume est en dehors ou en dedans des muscles, voire les deux.

Les poignées d’amour
Les plus connues de ces zones sont les poignées d’amour, masses graisseuses latérales.
Zone de graisse de celui ou celle qui s’installe dans le couple, voire dans la dépendance. La situation des hommes quand leur femme les nourrit bien et qu’elle devient un peu leur maman. C’est une marque de stabilité du couple et une lutte contre l’abandon. Un côté “ les hommes ça se prend par les yeux et ça se garde par la bouche “. Ces poignées d’amour servent bien sûr à être tenues par l’autre par la taille. L’autre a notre décision entre ses mains par le bien qu’il nous fait. “ Pose tes mains sur mes hanches …et je te conduirai “. C’est aussi un hommage que rend le corps à la stabilité que lui donne le couple. Cette stabilité issue de l’amour essentiel. Hommage au “poids nié de l’amour “. Jeux de mot à sens multiples. Le bien que te fait l’autre, que tu le reconnaisses ou non.

La graisse sur la zone lombaire renvoie à une peur et à une sensation de faiblesse face à la vie. Une difficulté à se mettre en route. Un recul face à la décision. La graisse est une forme d’étai postérieur sur lequel s’appuyer pour démarrer.

Le petit ventre, ou “petit bedon “, zone de graisse entre l’ombilic et le pubis est une marque de féminité et de douceur. Une façon de maintenir en permanence le contact avec le ventre et donc les émotions de l’autre. Chez une femme, cette rondeur permet de se mouler sur les tablettes de chocolat de l’homme. La douceur s’harmonise avec la force. La graisse abdominale, quand elle est externe, est aussi une conscience que mes émotions sont sensibles et que je dois les protéger.

Inversement le ventre creux est une façon de dire “ tes émotions sont ton problème, je reste à distance “. Les ventres creux réagissent du tac au tac.
Toutes ces zones sont des zones de graisse externe.

Le gros ventre est de deux natures : de la graisse externe mais surtout de la graisse interne. Cette graisse se trouve autour des viscères, intestins, péritoine, etc. Les intestins sont le lieu de nos “ émotions viscérales “. On sait maintenant que nous avons dans le ventre un véritable cerveau émotionnel. C’est au niveau du ventre qu’est fabriquée la plus grande quantité de sérotonine, “ hormone de la sécurité “. Le gros ventre est une manière de “ mettre ses émotions à distance “, d’isoler ses émotions à l’intérieur de soi-même en les entourant de graisse. Un matelas entre soi et ses émotions. Ce n’est pas que ces émotions soient plus fortes que celles de celui qui a le ventre plat, mais il les ressent plus fortement, il s’en protège pour ne pas être complétement envahi.

La bouée abdominale est une graisse externe qui fait le tour de l’abdomen. Coquille de protection totale que je mets autour de moi. C’est une façon de nager en étant porté. Situation où je reste en dépendance vis-à-vis de la mère. La bouée abdominale est très liée à la relation à la mère, avec, de façon globale, une peur de vivre.
Il y a plusieurs aspects :
-Soit une mère possessive qui garde son enfant : Maman me tient, j’ai comme ses bras autour de ma taille. Je reste petit canard dans mon bassin avec ma bouée. Cette mère est parfois elle-même infantile.
- Soit une mère toxique. Une bouée de sauvetage face au danger de cette relation. Je suis enfermé dans les imaginations, voire les illusions de maman. Mes émotions sont vécues à travers le filtre de ses émotions. Ce vécu est dangereux et je dois m’en protéger. La bouée traduit le fait que je ne sais pas me détacher de cela même si cela m’est toxique.
Il y a souvent couplage des deux aspects. Ce type de morphologie se transmet de façon très héréditaire.
“ Les grand-mères “ du dessinateur faisant avec leur psychologie particulière, en sont un bel exemple.

LA TAILLE FINE OU TRES MARQUÉE. La taille de guêpe, ce sont des femmes très centrées sur leur prope désir avec en pratique un “ nombril “ très tourné vers elles-mêmes. Elles n’hésitent pas, au besoin, à prendre des risques. Ce sont des personnalités parfois fonceuses, avec souvent un grand sens pratique, mais toujours dans leur intérêt.

LA MÉDECINE étudie le rapport entre la circonférence à l’ombilic et la circonférence au niveau des fesses ( bitrochantérien ). Un rapport négatif ( gros ventre sur petites hanches ) est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques. Ces maladies évoquent des difficultés émotionnelles importantes qui correspondent bien à ce que nous venons de décrire. Il est intéressant que la statistique rejoigne la symbolique.
Dans tous les cas, il est important que la taille soit plus fine, quelle que soit la taille des fesses.

LA TAILLE HAUTE OU BASSE.
Les femmes à taille hautes haute sont prudentes, ne se décident pas facilement et se marient ou s’engagent avec précaution.
Les femmes à taille basse agissent rapidement et se lancent parfois même sans réflexion. La pulsion dirige la décision. La mode des pantalons taille basse va dans ce sens. Le nombril est visible, et souvent même les sous-vêtements.

La taille délimite le haut et le bas du corps. Le rapport entre le ciel et la terre en médecine chinoise.
Voyons plus bas.

Nous devons distinguer plusieurs zones : la culotte de cheval et les hanches.

LA CULOTTE DE CHEVAL est une zone de graisse à la face externe des cuisses, le cauchemar des femmes. Elle se termine au niveau du Trochanter, l’os que vous sentez en touchant vos hanches en bas.
Cette zone de graisse a une fonction très spécifique qu’il faut bien comprendre : c’est une réserve que possèdent les femmes pour allaiter en cas de famine. Elle n’est mobilisable que dans ce cas. (en particulier sous l’action d’une hormone, la Leptine). Chez les femmes très maigres dans des zones de famine, on peut encore retrouver une petite lentille de graisse à ce niveau. C’est une “précaution pour la survie de l’espèce“ qui résiste à toutes les mesures. Elle est présente chez toutes les femmes, mais prend une importance de type “culotte de cheval“ que dans certains cas. On la retrouve chez des femmes qui ont vécu dans leur enfance la sensation d’être quelque part abandonnées ou pas suffisament nourries au physique et à l’affectif. Ces femmes développent “à titre préventif “ des réserves pour pouvoir ,“elles“, “nourrir“ leur enfant futur ou potentiel. C’est une réserve en contre - mesure préventive. Une forme d’adaptation de l’espèce pour la génération suivante. C’est aussi une manière de ne pas voir que la carence est en fait affective. Protéger la zone de son manque.

La culotte de cheval se trouve au niveau de la cuisse et du fémur “os du père” ( souvenez-vous de la cuisse de Jupiter ). C’est une façon de chercher dans son père symbolique et social, ce que la mère terrestre n’a pas donné. Beaucoup de femmes qui ont des culottes de cheval ont eu des carences de mère, sans avoir pu trouver de compensation chez le père. Le nom culotte de cheval est encore mieux trouvé quand on sait que le cheval est symbole du père.

AU DESSUS DU TROCHANTER, EN DESSOUS DE L’AILE ILIAQUE SE TROUVE LA FACE LATÉRALE DES HANCHES.
Cette zone correspond au mariage, au foyer et aux maternités. En Afrique, les hommes choisissent traditionnellement des femmes avec des hanches larges parce qu’ils savent qu’elles porteront bien leurs enfants. Cette zone protège latéralement le bassin. C’est la zone que la femme fait bouger dans le mouvement de déhanchement séducteur.

En arrière se trouvent les fesses avec leur galbe qui traduit l’appel sexuel. La cambrure vient encore augmenter ce signal. La cambrure se prolonge dans le bassin par ce que la médecine nomme le mouvement dit de “nutation “. C’est ce mouvement qui permet l’ouverture du bassin pour faciliter l’accouchement. Il est maximum en position accroupi cambré, position ancestrale optimale pour accoucher. Nous voyons ici que les appels sexuels se basent sur une connaissance intuitive héréditaire. Regarde mes fesses, je serai une bonne amante et une bonne mère.

Il faut aborder maintenant un point important: Certaines femmes ont un creux entre la culotte de cheval et les hanches, ce que je nommerai la barre trochantérienne. Cela donne un aspect assez dysharmonieux. Certains l’appelerons la barre du maillot de bain.
Dans la vie nous pouvons faire alliance entre notre peur de manquer et la solution qu’est le couple. Cela se traduit par une forme continue entre la cuisse et la hanche, qui donne le galbe parfait de la féminité. Certaines femmes vivent la peur de l’abandon sans réussir à faire le lien avec la possibilité de solution qui leur est donnée dans le couple et la rencontre de l’homme. Elles ont une barre trochantérienne.

Le trochanter peut aussi se dire “Troc en Terre” : Comment je troque sur terre mes aspirations contre une concrétisation de couple. Si je ne sais pas rentrer dans un troc - échange masculin féminin - alors j’aurai la barre trochantérienne qui traduira ce barrage. Avec mon manque qui reste bloqué dans ma cuisse et qui ne peut s’épanouir vers le haut, en nourissant le couple. C’est aussi le désir pour son père, accumulé par la petite fille ( dans l’oedipe ) qui va être la base de démarrage du couple. Le trochanter est sûrement une des zones qui traduit le succès de la sexualité au sens large.

Ce couple constitué dans cette courbe va pouvoir enfin se concrétiser par une décision de vie justement centrée, en arrivant à la taille.

LES MEMBRES INFÉRIEURS.
Regardons le bas du corps.

LA CELLULITE c’est la peur de perdre la maison. De perdre sa protection et sa sécurité. Parfois même dans le couple, la protection est plus importante que le reste, avec la possibilité de ne rester en couple que par peur de perdre la sécurité. Il y a là la nécessité de garder au moins un repère.
“ je serais capable de rester avec quelqu’un par peur de me retrouver seule et de perdre l’image sociale “.
La sécurité, la norme et l’image sociale peuvent être des idées imposées. Accepter de perdre cette idée conduit souvent à la perte de la cellulite.

Les grosses jambes sur toute la longueur peuvent correspondre à la notion de la sirène. C’est le prix à payer pour avoir voulu quitter son état de poisson dans la mer (mère) avant d’être prête.
C’est le mythe de la petite sirène prise dans les rets de la mère pieuvre, et qui n’a pas l’autorisation de quitter la mer. Elle doit échanger sa voix contre ses jambes : Je reste dans une situation fusionnelle indifférenciée où je n’ai pas droit à la parole.

La graisse au pli du genou peut traduire une difficulté à décider et à assumer le prix de sa décision face aux autres.
Il y a aussi risque de rancune liée au fait de ne pas avoir pu assumer ses choix, sa difficulté de passer à l’acte. La possibilité de donner des coups de pied de cheval.
Les gros mollets montrent un désir d’orgueil. Ou une force que l’on n’arrive pas à avoir spontanément.
La grosse cheville vient protéger un talon d’achille fragile, des bases qui ne supporteraient pas d’être fines de peur d’être fragiles.

LE HAUT DU CORPS.

La graisse au niveau de l’estomac est plutôt de type masculine. Une protection du plexus et des émotions. Des morceaux de la vie que l’on n’arrive pas à avaler. Un manque “ d’estomac “ face à la vie.

Les obésités du haut du corps sont plutôt masculines ou dites androïdes. L’obésité féminine ou gynoïde touche plutôt le bas du corps sous la taille.

Un bas de corps large avec un haut mince traduit une timidité avec peur d’avancer et besoin de sécurité. Le haut du corps mince traduit une grande vulnérabilité émotionnelle exposée et sans défense.

Le gras accumulé en haut montre une volonté de faire le poids, de ressembler aux légionnaires d’Astérix. Une façon de bomber le torse.
Les épaules épaisses montrent un désir de force pour pouvoir frapper.
Bras-biceps avec une masse importante de graisse: c’est le désir d’avoir la force de biceps, que l’on n’a justement pas. Le rêve d’être Popeye pour pouvoir éliminer tous les grands méchants et bêtes qui nous embètent.

L’avant-bras porte une notion de bouclier. C’est le lieu qui porte le bouclier.

Les mains potelées évoquent encore les bébés et l’innocence.
Les mains sèches : “qui voit ses veines voit ses peines” disait le vieux proverbe.

LE DOUBLE MENTON, double vie, double langage.

Dans le double menton, il y a plusieurs personnes, plusieurs vies, plusieurs façons de voir la vie ou de vivre la vie.
Alfred Hitchkock a un double voire triple menton. C’est un honnête homme, bon mari, très amoureux de sa femme. C’est aussi un cinéaste qui invente et met en scène des histoires angoissantes, complexes, tordues, des crimes, des escroqueries.
Il projette ainsi en dehors de lui une de ses vies et vit en famille son autre vie.
Je pense qu’il y a chez les gens qui ont un double menton, une façon de se protéger à la fois des autres et des leurs peurs. La sensation que l’on ne pourrait pas être tout à la fois dans un même homme et une même personnalité sociale.

La gorge est aussi la zone des peurs avec les angines.
C’est la zone des points dits “ fenêtre du ciel “ pour les Chinois. Ce sont les points qui relient chez l’homme, l’aspect matière humaine à l’aspect psychique spirituel. On les pique en acupuncture quand on pense qu’il y a une forte participation psychique à une maladie.
Le double menton donne une forme de réserve bonhomme derrière laquelle on peut cacher beaucoup de choses, avec parfois un aspect timide et réservé.

Y a-t-il chez les personnalités à double menton la sensation que tout son être ne peut être mis dans la même personne ? Tout le monde n’est pas Hitchkock, mais peut-être que tous les double-mentons ont une forme de vie multiple.
J’ai connu plusieurs personnes avec double-mentons qui avaient vraiment une double vie. Parfois cette double vie n’est qu’imaginaire.
Parfois, il n’y a que la peur que ces différentes vies puissent être montrées. Peur d’être jugé, observé, condamné.

LES PETITES TUMEURS GRAISSEUSES “ LIPOMES “.
Sont des petits chagrins parfois rancunes, que nous n’avons pu digérer. Le lipome en est la mémoire ou le sanctuaire. Ce sont aussi parfois des peurs imaginaires qui, au lieu d’être sur des endroits spécifiques en rapport avec la physiologie du corps comme je les ai décrits, sont un peu partout et n’importe où car totalement en dehors du réel.

LA GRAISSE EST PRÉSENTE À TITRE D’ANTICIPATION.
Vous mettez la graisse là où vous vous sentez faible, là où vous appréhendez d’être en difficulté. Vous le faites par anticipation, avant que cela n’arrive et vous le faites par peur de ce que vous craignez, plus que de ce qui est.
Au fur et à mesure de votre vie, votre corps tire les leçons de votre expérience et adapte votre forme pour ce qu’il pense devoir prévoir pour le futur.
Avec les graisses, nous sommes aussi beaucoup dans l’illusion.

Vous pouvez commencer mince et grossir selon les expériences ou inversement.
Chaque peur qui tombe peut faire disparaître une couche de graisse.

Le poids est souvent une notion de “ Au cas où “.

Le petit enfant à la naissance est mince car in utero, il est nourri par sa mère. Une obésité dès la naissance peut déjà traduire une niveau élevé de stress.
Puis, rapidement après la naissance, l’enfant va prendre du poids pour se protéger. Il n’a en effet aucun moyen de fuir et ne peut que choisir l’option de se protéger. Il deviendra bon gros bébé et au maximum “ petit bouddha “. Dans ces situations, on peut se demander quel besoin a l’enfant de se protéger et si la vie ne lui est pas présentée comme dangereuse.

De même, la fascination de certains maigres pour les lutteurs de Sumo ne traduit-elle pas l’admiration pour la protection et la force d’inertie ?

Puis en grandissant, l’enfant aura besoin de s’alléger au fur et à mesure de la confiance qu’il va prendre en lui.
Il va alors pouvoir se produire un conflit sur l’alimentation. Bébé aura besoin de moins manger pour s’alléger et partir à la découverte du monde. Maman aura besoin qu’il “ mange bien “ pour être rassurée. C’est un premier divorce mère-enfant.
Plus la mère est anxieuse, plus l’enfant aura tendance à être grassouillet (ce qui rassure la mère), plus elle vivra mal qu’il mange peu quand il a besoin de s’autonomiser. Cercle vicieux.

ENTRE HOMME ET FEMME, LES ZONES GRAISSEUSES SONT DES HISTOIRES D’AMOUR.

Il existe une grande différence de masse graisseuse et de position de la graisse. Nous avons déja vu la difference entre une obésité gynoïde qui touche plutôt le bas du corps et l’obésité androïde qui touche le haut et l’estomac.

Un homme a en moyenne entre 15 et 25 % de masse graisseuse. Les hommes très sportifs ont parfois moins de 10% de masse graisseuse.

Une femme a en moyenne 20 à 30 % de masse graisseuse.
A 25 %, vous êtes une belle femme ronde sans trop. Les types Sophie Marceau, Monica Bellucci ...
Au dela de 30%, nous entrons dans l’obésité et après 40% dans la grande obésité.
Une jeune fille anoréxique peut avoir moins de 5% de masse graisseuse.

Entre hommes et femmes, il y a en moyenne 5 % de masse graisseuse de plus pour les femmes. Ces 5 % ramenés au poids et convertis en calories représentent environs 144 000 calories, soit exactement la quantité de calories dont une femme a besoin pour porter une grossesse et nourrir un enfant. Chaque femme a en plus sur elle, de quoi porter et nourrir un enfant.

Amour séduction. Amour illusion. Amour complémentarité.
Les formes masculines et féminines sont opposées et complémentaires.

Vous voulez changer la forme de votre corps ? : écoutez votre besoin, votre corps fera le reste. Il tend vers la beauté réelle ou adaptative.
Sur la couverture du livre de Bernard Bro, la beauté est celle de la Venus de Boticcelli sortant d’une coquille Saint Jacques. Elle représente les formes parfaites. Celles où nous sommes vrais face à nous-mêmes.
Saint Jacques, c’est aussi Compostelle. Dans notre vie, notre corps doit composer avec ses peurs et ses besoins. Notre corps est le reflet de ces concessions. A tous, j’ai envie de dire : “Et vous votre âme, avec quoi compose-t-elle ? “.


#5 calysto

    Nouveau Membre

  • Membres
  • Pip
  • 2 Messages :

Posté 31 janvier 2013 - 17:06

Voir le messagegrosminet, le 23 juillet 2008 - 03:41 , dit :

Bonjour,

Voilà mon problème qui me suit depuis bien des années maintenant : je me trouve trop gros et je souffre énormément psychologiquement à cause de ce surpoids.

J'ai 42 ans et depuis l'âge de 15 ans je suis en surpoids, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé au niveau de l'adolescence, mais 'est à ce moment là que j'ai commencer à grossir sans raison particulière, et sans un changement d'alimentation radicale.

Depuis presque 30 ans, j'ai du essayer tous les régimes possibles et imaginables, mais sans jamais de grands résultats, sauf quelques petits kilos en moins...

Avec l'âge et surement un peu plus de maturité, je me rends compte que il y a quelque chose en moi qui m'impose ce surpoids, comme quelque chose d'inconscient que je ne contrôle pas...

mais je n'arrive pas à comprendre ni à ressentir la moindre chose..


#6 calysto

    Nouveau Membre

  • Membres
  • Pip
  • 2 Messages :

Posté 31 janvier 2013 - 17:11

Voir le messagecalysto, le 31 janvier 2013 - 17:06 , dit :

bjr jai ce probleme moi aussi ne faites pas de régimes ou vous aurez effet yoyo depuis que je me suis mise u a fitness puis a la danse orientale je me sens mieux et je controle ce que je mange je vous conseille la zumba cest tres amusant et vous bougez sans l assitude avec l age le corps brule moins certains médocs font grossir si vous voulez en parler ce sera avec plaisir amicalement





1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)